Skip to Content

MADAGASCAR : DANGER GLYPHOSATE !

MADAGASCAR : DANGER GLYPHOSATE !

Be First!

Alors que le Glyphosate continue de faire des ravages dans la biodiversité, son autorisation à Madagascar ne trouve aucune justification dans le besoin d’augmenter la production. Tout est déjà là pour répondre à la demande. Pas besoin de produits chimiques pollueur de la richesse naturelle de la terre malagasy.

Avec sa diversité naturelle, en termes de climats, de pluviométrie, de terres, volcaniques ou non, Madagascar a tout le potentiel de ses ambitions : devenir le grenier de l’Océan Indien.

La mise en valeur de ses immenses terres cultivables peut s’appuyer sur une importante main d’œuvre qui ne demandent qu’à apprendre pour mieux gagner sa vie.

Et Madagascar est déjà un fournisseur recherché de produits bio et naturels sur de nombreux marchés internationaux. C’est une carte essentielle pour l’économie du pays.

Les pesticides attaquent !

Déjà à Antsirabe, depuis quelques temps, la suspicion règne sur la qualité naturelle des légumes et des fruits. Le doute s’installe sur le potager de la capitale. Les rendements augmentent peut-être, mais de manière artificielle, et au détriment de la qualité nutritionnelle. Et l’activité de la majorité de la population devient dangereuse pour sa santé et celle de ses enfants.

Madagascar doit poursuivre ses efforts pour préserver et valoriser durablement ses ressources naturelles exceptionnelles. Nul besoin de produits chimiques importés qui vont décimer une faune et une flore endémique, patrimoine de Madagascar.

On nous a fait parvenir une liste des pesticides autorisés à Madagascar. Elle n’est pas datée, mais semble ne pas être trop ancienne. Nous la publions sous toutes réserves.

Cette liste comprend, classé par principe actif, le nom commercial, le fabricant, le pays d’origine et le représentant.

En dehors du glyphosate, qu’on retrouve dans plusieurs produits en vente libre, on note aussi la présence “autorisée”, dans la grande île, de l’atrazine et du paraquat, autres pesticides dangereux et dont l’utilisation est interdite en France, en Suisse… même si l’hypocrisie européenne interdit leur usage, mais autorise leur fabrication et leur exportation. Voir l’article de la revue Sciences et Avenir.

Et on parle déjà du Dicamba, 75 à 400 fois plus puissant que son prédécesseur, conçu pour tuer toutes les plantes, sauf les OGMs… Un engrenage qui conduit notre alimentation à une dépendance totale à des fournisseurs étrangers de semences artificielles et des produits pour les cultiver.

Madagascar, le dépotoir à poisons ?

Madagascar ne peut pas miser sur son tourisme et la richesse de ses terres, et devenir le dépotoir des pollueurs en quête de débouchés pour leurs poisons.

C’est l’avenir de tout le monde rural qui est en jeu. Et c’est notre responsabilité de malagasy qui nous impose de préserver le futur de nos enfants et de notre terre.

Toutes les solutions naturelles existent, à portée de main. Nul besoin de pseudo produits miracles éphémères qui détruisent notre biodiversité, enviée par le monde entier.

Madagascar, l’île aux trésors, a son avenir entre ses mains.

Précédent
Suivant

Laissez une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée Required fields are marked *

*