Warning: Cannot assign an empty string to a string offset in /srv/data/web/vhosts/www.antsirabe-contacts.info/htdocs/wp-includes/class.wp-scripts.php on line 454

Skip to Content

Sahofika, c’est ouf !

Sahofika, c’est ouf !

Commentaire
Un lac de 7 km2, une chute de 700 m et à l’arrivée 200 MW de production hydroélectrique. Le barrage de Sahofika, sur l’Onive, devrait doubler la production d’électricité à Madagascar.

Initié en 2011, le projet a été relancé en 2016 avec la signature d’un protocole par le gouvernement malagasy. C’est le consortium NEHO (Nouvelle Energie Hydroélectrique de l’Onive) qui devrait se charger de la construction de ce méga barrage, début 2020.

NEHO, c’est le groupe de BTP français Eiffage qui s’occupera de la construction. C’est aussi le groupe panafricain Eranove qui l’exploitera et assurera sa maintenance après son raccordement à la Jirama. En font également parti : le développeur Themis, membre du groupe financier Abraaj, et la société malgache HIER (Hydro Ingénierie Études et Réalisations).

Un beau projet comme on aimerait en voir plus souvent…

Situé à 100 km au sud sud est de Tana, le barrage devrait garantir 100 MW même en saison sèche grâce à son immense retenue d’eau. Il devrait coûter environ 900 millions de dollars (sur financement privé et Banque Mondiale). Il permettra non seulement d’augmenter le nombre de bénéficiaires de l’électricité, mais aussi de réduire considérablement le prix du kWh.

Mais, lancé dans le cadre de l’objectif gouvernemental de réduire la dépendance aux énergies fossiles et les émissions de gaz à effet de serre, ce barrage ne va sans doute pas empêcher la construction d’une centrale au charbon de 60 MW à Imaloto au nord des mines de charbon de la Sakoa. On se demande pourquoi…

Le charbon noircit le tableau

La raison est simple : rien que le site d’Imaloto devrait contenir 136 millions de tonnes de charbon. Cette mine a ciel ouvert, en alimentant, entre autres, la centrale électrique, va permettre de fournir de l’électricité à l’ensemble des unités d’extraction du vaste bassin charbonnier de la Sakoa, ainsi qu’aux mines de Molo Graphite et Toliara Sands… et à la ville de Tulear.

Fort de cette concession de 30 ans, Lemur Holdings devrait également fournir en charbon Ambatovy, Holcim… et Maurice. Il est aussi envisagé la construction d’une ligne de chemin de fer pour relier un nouveau port à Soalara, au sud de Toliara. Histoire de pouvoir exporter tout ce charbon.

C’est le côté obscur de l’énergie à Madagascar. La bataille du noir contre le blanc… ou l’inverse !

Précédent
Suivant

Un commentairecommentaires

Laissez une réponse

Votre adresse mail ne sera pas publiée Required fields are marked *

*